Le registre pathétique

1) Définition du registre pathétique

Le registre pathétique (« pathos » veut dire souffrance) vise à faire naître la compassion du lecteur envers un personnage innocent, victime des événements ou de la bêtise humaine.

De plus, en déclenchant l’émotion et en montrant la souffrance, ce registre peut aussi avoir une fonction argumentative.

2) Procédés du registre pathétique

  • Prise à parti du lecteur ou de l’auditoire : exclamations, interrogations, apostrophes
  • Figures de l’amplification : hyperboles, gradations
  • Lamentation et supplication
  • Description détaillée pour mettre en avant la souffrance d’un individu

3) Thèmes du registre pathétique

  • Une situation malheureuse dans laquelle se trouve un personnage proche du lecteur (on peut s’identifier à lui et compatir)
  • La tristesse, les pleurs, les larmes
  • Le malheur, la misère, la maladie, la mort

4) Exemple et analyse

Dans Les Misérables, Victor Hugo présente le personnage de Cosette, une petite fille maltraitée par le couple à qui sa mère l’a confiée.

Le choix du lexique montre la souffrance physique et émotionnelle du personnage. De nombreuses expressions négatives ou privatives insistent sur la misère de Cosette. Finalement, on retrouve plusieurs références aux sentiments et aux pleurs qui guident la réponse émotionnelle du lecteur.

« Cosette était maigre et blême. Elle avait près de huit ans, on lui en eût donné à peine six. Ses grands yeux enfoncés dans une sorte d’ombre profonde étaient presque éteints à force d’avoir pleuré. Les coins de sa bouche avaient cette courbe de l’angoisse habituelle, qu’on observe chez les condamnés et chez les malades désespérés. Ses mains étaient, comme sa mère l’avait deviné, « perdues d’engelures ». Le feu qui l’éclairait en ce moment faisait saillir les angles de ses os et rendait sa maigreur affreusement visible. Comme elle grelottait toujours, elle avait pris l’habitude de serrer ses deux genoux l’un contre l’autre. Tout son vêtement n’était qu’un haillon qui eût fait pitié l’été et qui faisait horreur l’hiver. Elle n’avait sur elle que de la toile trouée ; pas un chiffon de laine. On voyait sa peau çà et là, et l’on y distinguait partout des taches bleues ou noires qui indiquaient les endroits où la Thénardier l’avait touchée. Ses jambes nues étaient rouges et grêles. Le creux de ses clavicules était à faire pleurer. »

Avec cette description physique et vestimentaire détaillée, l’auteur invite le lecteur à éprouver de la compassion pour son personnage. De plus, on peut dire que ce texte s’inscrit dans une démarche argumentative car il dénonce l’injustice de la situation de Cosette. En effet, à travers ce personnage, Hugo montre les conditions de vie extrêmement difficiles d’une partie de la population à son époque.

Pour en savoir plus, consulte la liste des registres littéraires à connaître pour le bac de français.

Le registre pathétique
Étiqueté avec :    

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com