Le registre polémique

1) Définition du registre polémique

Le registre polémique correspond à une prise de position agressive, visant à provoquer la colère du lecteur. L’auteur révolté ouvre ainsi le dialogue et cherche à lancer le débat.

2) Procédés du registre polémique

  • L’apostrophe, la prise à partie directe du lecteur ou d’un interlocuteur
  • L’ironie, la violence verbale, les figures d’insistance
  • Le champ lexical du jugement, de la condamnation, de la colère, les figures d’opposition
  • L’utilisation de nombreuses exclamations et questions rhétoriques

3) Thèmes du registre polémique

  • L’expression de l’indignation, de l’outrage, de la colère, de l’accusation
  • La mise en scène de l’opposition entre le polémiste et ses interlocuteurs, l’image de l’auteur « seul contre tous »
  • Le combat de la justice et de la raison contre la bêtise humaine

4) Exemple et analyse

En 1898, Emile Zola publie une lettre ouverte titrée « J’accuse… ! ». Il y nomme 10 acteurs de l’affaire Dreyfus, et exprime sa colère dans des termes violents. De fait, il s’expose volontairement à des poursuites.

En effet, il espère, en attirant l’attention sur les failles du système judiciaire, obtenir la révision du procès d’Alfred Dreyfus.

a) Extrait de « J’accuse…! »

« J’accuse le général de Pellieux et le commandant Ravary d’avoir fait une enquête scélérate, j’entends par là une enquête de la plus monstrueuse partialité, dont nous avons, dans le rapport du second, un impérissable monument de naïve audace.

J’accuse les trois experts en écritures, les sieurs Belhomme, Varinard et Couard, d’avoir fait des rapports mensongers et frauduleux, à moins qu’un examen médical ne les déclare atteints d’une maladie de la vue et du jugement.

J’accuse les bureaux de la guerre d’avoir mené dans la presse, particulièrement dans L’Éclair et dans L’Écho de Paris, une campagne abominable, pour égarer l’opinion et couvrir leur faute.

J’accuse enfin le premier conseil de guerre d’avoir violé le droit, en condamnant un accusé sur une pièce restée secrète, et j’accuse le second conseil de guerre d’avoir couvert cette illégalité, par ordre, en commettant à son tour le crime juridique d’acquitter sciemment un coupable.

(…)

Je n’ai qu’une passion, celle de la lumière, au nom de l’humanité qui a tant souffert et qui a droit au bonheur. Ma protestation enflammée n’est que le cri de mon âme. Qu’on ose donc me traduire en cour d’assises et que l’enquête ait lieu au grand jour !

J’attends. »

b) Analyse de l’utilisation du registre polémique

Dans cet extrait, Zola prend directement à partie plusieurs acteurs de l’affaire Dreyfus.

En effet, en utilisant la première personne et l’anaphore « J’accuse », il se place dans la posture de l’auteur révolté, luttant pour une cause juste. On s’en aperçoit également dans l’avant-dernier paragraphe de l’extrait, où il utilise le champ lexical de la lumière pour montrer sa soif de justice : « lumière, enflammée, au grand jour ».

De plus, les champs lexicaux du crime et du mensonge  ainsi que l’utilisation d’hyperboles renforcent cette idée, en montrant l’indignation de l’écrivain. L’ironie et les attaques personnelles sont également présentes.

Enfin, en concluant sa lettre d’un très lapidaire « J’attends », il provoque ses adversaires tout en emportant l’adhésion de ses lecteurs. 

 

Pour en savoir plus, consulte la liste des registres littéraires à connaître pour le bac de français.

Le registre polémique
Étiqueté avec :            

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

This site is protected by wp-copyrightpro.com